Finale
Performed By Gabriel Ledoux
Album UPC 889211323005
CD Baby Track ID TR0001184978
Label Acte
Released 2015-01-22
BPM 130
Rated 0
ISRC uscgh1514964
Year 2015
Spotify Plays 54
Songtrust Track ID 333594
Writers
Writer Gabriel Ledoux
Songwriter ID 71461
PRO SOCAN
Pub Co CD Baby Publishing
Composer Gabriel Ledoux
Clearance Sync & All Media Uses
Publisher Admin CD Baby Publishing
Rights Controlled Master and Publishing
Rights One-Stop: Master + 100% Publishing
Original/Cover/Public Domain original
Country Canada

Description

"The perfect void", a strange trip of free jazz, contemporary classical and electronic music with soundbites from People's Temple, 911 calls, Charles Manson and Ted Bundy.

Notes

(les textes en français suivront)

Poissons Rouges

I met Gabriel Ledoux in a time of rebellion. Today, yesterday’s reflexions are becoming actions, and this album, Le vide parfait, marks the beginning of a collaboration which, in reality, has been going on for a while.

This space between our initial encounter and the materialization of Le vide parfait is where I look upon Gabriel’s work. Throughout the years, I have become familiar with his music, from gestation to finalization, including all the metamorphoses. Les poisons solubles is not what is used to be, and Le rouge des crépuscules has been rearranged until the very end.

Sometimes, I admit, I have no idea what is poisson and what is rouge.

I would like to display some ideas that occurred to me during the far from straightforward process of founding Acte with my friend. Some of them cast a wide net, others specifically concern the work. In any case, it will be concise.

- - - - - -

There is a popular myth saying that goldfish (poissons rouges) only have a three-second memory. Thus, having gone around their fish bowl, they have already forgotten all about its size, and that is most certainly why we can observe them swirling endlessly, always rediscovering the same space. In the mind of a goldfish, there reigns an emptiness that must constantly be filled.

Perhaps are we similar to them after all, as life pushes us in every direction and our expectations have us constantly searching – but searching for what? Balance? Perfection?

However, unlike goldfish, we have our – sometimes painful – memory to call us to order. Gabriel implements it with poetry, through a dense language and a complex semantic canvas, which allow me to talk about goldfish while remaining on topic.

- - -

Stunning changes can be noticed in Le vide parfait. One moment it immerses you into a chaos of sound, then, suddenly, emerge the tiny naked ensemble, fragile humans in an empty space, somehow appearing.

It’s almost shocking, this transition from saturation to bareness.

All these coexisting spaces that might have to be revisited a few times in order to get the right idea.

- - -

Goldfish, unrestrained by their fishbowl, could grow up to 30 centimeters.

Let’s stop imprisoning goldfish!

- - -

The irony of Le vide parfait is that there is no emptiness.

Quite the opposite, this work shows a great density, in the succession of contrasting sections as much as in its mixed instrumentation, the music styles it borrows from (from free-jazz to 8-bit, for example), these masses where everything slowly goes wild from every angle and his seedy but beautiful speech, lyrics, without lyrics, varied spaces, surrealist poetry, gunshots, 808, “and maybe we can add a drum here?”

Actually, I also wanted to reflect on the benefits of creating a void. We wander, disheartened. Going from an event to another, leading a fulfilling life that ends up feeling shallow, having projects and planning others so far ahead that we can’t find them anymore… Le vide parfait may contain all these elements in order to allow us to catch our breath during a careful listen.

It’s something we don’t take the time to do anymore. Catch our breath, sure, but to do it for no other reason… Emptiness for the sake of emptiness, to be able to truly fulfill ourselves afterwards.

Furthermore, we don’t take the time to do it while listening to contemporary music anymore, as it should be according to the « scholarly » music tradition. This culture has been, like many others, abandoned, and the time has come to act upon it. We need to prove that classical music, strangely, isn’t restricted to Mozart or Beethoven anymore, and what it has become could be of interest to many.

- - -

Goldfish do indeed have a memory. While it may not be the best, it certainly might surprise us. However… it is pretty short indeed.

To remedy the short memory of goldfish, we archive Gabriel Ledoux’s music on CDs. It’s a way to remember. Incidentally, archives are also being cultivated within his work. That’s also a way to remember. And to broadcast.

- - - - - -

I hope Acte can function as a way to create and fulfill the emptiness within.

Of course, our actions aren’t completely cut off, nor do we swim alone in this pond. We chose to act, however, and it’s good to see others do the same.

I would like to thank our friends who support us, Gabriel and I, in a project that we hold dear. I think we share the same dreams, and I wish us good luck.

With the naive joy of starting off a project in a somewhat complex way,
Simon Chioini

/////

The Immoral Art
By Gabriel Ledoux

For two years now I have maintained this sinister fascination for tragic events that are highly scrutinized by the media, such as The Jonestown massacre (Novembre 8, 1978), the Waco siege (April 19, 1993) and the Columbine shooting (April 20, 1999). This unconventional interest started when I first listened to an interview with Charles Manson, during which I was stunned by the eloquence and spirituality of a man who had committed horrible crimes forever carved into the stone of the collective unconscious. Revolted by my esteem for him, I discovered the nuance – admitting to even a fragment of good in a serial killer – was particularly subversive.

Les poissons solubles ont peur du vide was born from this state of mind. The sound takes of people talking were taken from cassette recordings of members of the People’s Temple cult, infamous for the mass murder/suicide of Novembre 18, 1979 in Jonestown, taking the lives of 900 people including 300 children. Le rouge des crépuscules n’est qu’un détour à noyer mostly uses sound takes from 911 calls made during the Waco siege and the Columbine shooting.

I presented a draft of Rouge des crépuscules during my master’s thesis defense at the Conservatoire de musique de Montréal and it was poorly received. The jury thought it was immoral to make use of these sound takes, since my music didn’t “condemn” the events sufficiently. One of the judges even qualified my music as “pornophonic”, the electronic part being so removed from the instrumental part that it could have been replaced by clips taken from pornographic movies without altering the meaning.

The moral issue was also an important concern during my baccalaureate examination, in which I presented L’unique dans le paysage uniforme. This piece uses a clip from a televised interview with a Native American woman: “Yeah you see a white child gets missing, it’s talked about every day in the news until the body’s found or they found the child. But an Indian child, they’re not important enough. We have to beg for help!”

One of the judges had then claimed that I was “killing Native American kids not once but twice” since I had not asked permission to use the woman’s voice and because I was “instrumentalizing her misfortune”. Upon further reflexion, but still failing to find another way to express myself, I added acknowledgements to the score of Rouge des crepuscules:

"I want to pay tribute to the victims of Charles Manson and Jim Jones, of the Columbine shooting and of the Waco siege. I have tried my best to be respectful to the victims of these tragic events in creating Le vide parfait, but the economic liberalism plaguing us forces me to sell these pieces to eventually benefit from these tragedies."

The multiple attempted explanations did not convince the jury. It did however grant me the passing grade – without honours – with these comments: “Good examination. Very good preparation. Questionable choice of inspiration.” I even framed this final report and hung it up in my studio as a reminder that I am condemned to the immoral art.

/////
versions françaises
/////

Les poissons rouges

J’ai rencontré Gabriel Ledoux à l’heure d’une révolte. Aujourd’hui, les réflexions de l’époque se transforment en actes, et cet album, Le vide parfait, marque le début d’une collaboration qui dure en réalité depuis quelque temps.

Cet espace entre notre rencontre initiale et la matérialisation du Vide parfait, j’y puise mon regard sur l’oeuvre de Gabriel. À travers les années, j’aurai pu côtoyer ses musiques, de leur gestation à leur achèvement, en passant par toutes leurs métamorphoses. Les poissons solubles ne sont plus ce qu’ils étaient, de même que Le rouge des crépuscules s'est vu remanié jusqu’à la toute fin.

Parfois, je l'avoue, je ne sais plus de tout ça ce qui est poisson et ce qui est rouge.

J’aimerais exposer ici quelques idées qui me sont passées par la tête pendant le processus pas évident de fonder Acte avec mon ami. Certaines ratissent large, d’autres concernent spécifiquement l’oeuvre. Dans tous les cas, ce sera concis.

- - - - - -

Il est une rumeur courante voulant que les poissons rouges ne possèdent qu’une mémoire de trois secondes. Ainsi, ayant fait le tour de leur bocal, ils en ont déjà oublié les dimensions, et c’est sans doute pourquoi on peut les observer tournoyer à l’infini, toujours à redécouvrir le même espace. Dans la tête des poissons rouges règne le vide à remplir constamment.

Peut-être sommes-nous à leur image après tout, alors que nos vies nous poussent de tous côtés et que nos attentes nous voient chercher incessamment — mais chercher quoi? Quel équilibre? Quelle perfection?

Cependant, à la différence des poissons rouges, nous avons la mémoire — parfois douloureuse — qui nous rappelle à l’ordre. Gabriel la met en oeuvre avec poésie, à travers un langage dense et une toile sémantique complexe qui me permettent de parler ici de poissons rouges tout en demeurant à propos.

- - -

On remarquera des changements d’espace étonnants dans Le vide parfait. Un instant, nous sommes plongés au coeur d’un chaos sonore, puis soudain surgit le petit ensemble nu, des humains fragiles dans un lieu vide, apparus on ne sait comment.

C’est presque choquant, cette transition de la saturation au dénuement.

Tous ces espaces qui cohabitent, je crois qu’il faudra les revisiter plusieurs fois pour bien se les dessiner.

- - -

Les poissons rouges, si nous ne les contraignions pas à leurs petits bocaux, pourraient atteindre une taille de 30 centimètres.

Cessons d'emprisonner les poissons rouges!

- - -

L’ironie du Vide parfait, c’est bien sûr que ce ne l’est pas du tout.

Au contraire, l’oeuvre affiche une grande densité, autant dans la succession de ses sections contrastées que dans son instrumentation mixte, les styles auxquels elle emprunte (du free jazz au 8bit, par exemple), ces masses où tout se déchaîne lentement de tous bords tous côtés et son discours glauque mais beau, paroles, sans paroles, espaces variés, poésie surréaliste, gunshots, 808, « pis finalement on pourrait ajouter du drum là-dessus? »

En fait, là-dessus je voudrais réfléchir aux bienfaits de faire le vide. Nous sommes errants et découragés. Passer d’un événement à l’autre, mener une vie remplie qui, en bout de ligne, nous semble creuse, avoir des projets et d’autres projets, projetés si loin qu’on ne les retrouve plus... Si Le vide parfait contient autant d’éléments, c’est peut-être pour nous laisser la chance à nous de respirer un peu, le temps d’une écoute attentive.

C’est une chose que nous ne faisons plus souvent. Respirer un peu, oui, mais ne le faire que pour cela... Le vide pour le vide, pour pouvoir se remplir après, vraiment.

Et surtout, nous ne le faisons plus en écoutant de la musique contemporaine, dans la tradition des musiques « savantes ». Cette culture, comme beaucoup d’autres, nous l’avons délaissée, et il semble maintenant qu’il soit grand temps d’agir. Il faut, étrangement, prouver que la musique classique, ce n’est plus Mozart ni Beethoven, et que ce qu’elle est devenue pourrait en intéresser plus d’un.

- - -

Les poissons rouges possèdent bel et bien une mémoire. Pas très grande, mais plus grande qu’on le pense. Néanmoins... assez courte, oui.

Pour pallier à la courte mémoire des poissons rouges, nous archivons la musique de Gabriel Ledoux sur CD. C’est une manière de mémoire. D’ailleurs, l’oeuvre cultive elle-même les archives en son sein. C’est aussi une manière de mémoire. Et de diffusion.

- - - - - -

J’espère qu’Acte sera pour nous une façon de faire le vide et de le combler.

Bien sûr, nous n’agissons pas exactement en rupture. Nous ne nageons pas non plus seuls dans ce bassin. Cependant, nous choisissons d’agir, et il fait plaisir de voir d’autres faire de même.

J’aimerais enfin remercier nos amis qui nous supportent, Gabriel et moi, dans un projet qui nous est cher. Je crois que nous partageons les mêmes espoirs, et je nous souhaite bonne chance.

Dans la joie naïve de commencer un projet de façon un peu compliquée,
Simon Chioini

/////

L’art immoral
par Gabriel Ledoux

Il y a maintenant deux ans que je cultive cette fascination sinistre pour les événements tragiques et largement médiatisés tels que la tuerie de Jonestown (18 novembre 1978), le siège de Waco (19 avril 1993) et la tuerie de Columbine (20 avril 1999). Cet intérêt « alternatif » débuta à la première écoute d’une interview avec Charles Manson, lors de laquelle je fus frappé par l’éloquence et la spiritualité de l’homme qui avait pourtant commis des crimes horribles gravés dans le marbre de l’inconscient collectif. Dégoûté de ma propre appréciation, j’ai découvert que la nuance - admettre ne serait-ce qu’une parcelle de bien dans un tueur en série - était particulièrement subversive.

C’est dans cet état d’esprit que j’ai écrit Les poissons solubles ont peur du vide. Les prises de son de gens qui parlent proviennent principalement de cassettes enregistrées par des membres de la secte des People’s Temple, tristement célèbre pour le meurtre/suicide collectif qui a eu lieu le 18 novembre 1978 dans la ville de Jonestown, emportant 900 personnes dont 300 enfants. Le rouge des crépuscules n’est qu’un détour à noyer utilise principalement les prises de son d’appels 911 qui ont eu lieu lors du siège de Waco et de la tuerie de Columbine.

J’ai présenté une première version du Rouge des crépuscules lors de ma soutenance de thèse de maîtrise au Conservatoire de musique de Montréal, et elle fut assez mal reçue. Le jury considérait qu’il était immoral d’utiliser ces prises de son, puisque ma musique ne « condamnait » pas assez les événements. L’un des juges a même affirmé que ma musique était une « pornophonie », la partie électronique étant si déconnectée de la partie instrumentale qu’elle aurait pu être remplacée par des extraits de films pornographiques sans en changer le sens.

La question de l’immoralité avait également été un enjeu important lors de mon examen de baccalauréat, alors que j’y avais présenté la pièce L’unique dans le paysage uniforme. Cette dernière fait appel à un extrait d'une entrevue télévisée avec une femme amérindienne :
“Yeah you see a white child gets missing, it’s talked about every day in the news until the body’s found or they found the child. But an Indian child, they’re not important enough. We have to beg for help!”

L'un des juges avait alors prétendu que je « tuais les enfants amérindiens deux fois plutôt qu’une », puisque je n’avais pas demandé la permission à la femme d’utiliser sa voix, et que « j’instrumentalisais son malheur. » Ayant réfléchi à la question, mais n’ayant pas trouvé d’autre façon de m’exprimer, j’ai tout de même ajouté dans les remerciements de la partition du Rouge des crépuscules :

« Je tiens à rendre hommage aux victimes de Charles Manson et Jim Jones, de la tuerie de Columbine et du siège de Waco. J’ai tenté d’être le plus respectueux possible des victimes de ces événements tragiques en créant Le vide parfait, mais le libéralisme économique qui nous assiège m’obligera à vendre ces œuvres pour éventuellement tirer profit de ces catastrophes. »

Les multiples explications que j’ai tentées n’auront pas convaincu le jury. Celui-ci m’a toutefois accordé la note de passage - sans distinction - avec comme seuls commentaires dans le rapport d’examen terminal : « Bon concours. Très bonne préparation. Choix d’inspiration très discutable. » J’ai d’ailleurs encadré ce rapport final, et l’ai affiché dans mon studio pour me rappeler que je suis condamné à l’art immoral.

Private Notes

Click here to add a private note. Private notes can only be viewed by you.

Comments

Click here to add a comment. Comments can be viewed by everyone.

  • Playlist
Title
Artist
Your playlist is currently empty.